L’homophobie hors de nos facs!

Les récents évènements autours d’une exposition soutenue par la LMDE montrent que le combat contre l’homophobie est toujours d’actualité. Rappel des faits : l’exposition sur le thème « Homosexualités » organisée par l’association étudiante Silence H dans le but de sensibiliser les étudiants aux problématiques liées à l’homophobie a été taguée le soir du mardi 2 mars par des étudiants appartenant à « Hétérophobie stop » lesquels ont jugé les clichés « impudiques ».

L’UNEF se battra pour que l’Université Lille 2 se porte partie civile et que les sanctions nécessaires soient prises. Il ne faut pas banaliser ces discours haineux et rétrogrades !

Ces actes scandaleux montrent qu’il est nécessaire de se battre pour que soient reconnus les droits des personnes lesbiennes, gays, bisexuelles ou transgenres (personnes LGBT). L’argument infâme de « l’hétérophobie », reprenant la rhétorique du Front National du « racisme anti-blancs » doit être combattu !

Non, l’homosexualité n’est pas une maladie. Se battre contre l’homophobie ne signifie pas faire la promotion de l’homosexualité, c’est se battre pour que soit reconnue l’égalité entre les couples !

La LMDE et l’UNEF ont toujours lutté contre les préjugés sexistes et homophobes. Nous dénonçons ici la banalisation d’une violence verbale contre les personnes homosexuelles au sein même de la Faculté de médecine.

Encore aujourd’hui la violence et les discriminations, la question de son orientation sexuelle ou de son identité de genre, le sexisme et les stéréotypes constituent toujours un environnement pouvant favoriser le mal-être des personnes les subissant.

La législation progresse peu, les conditions de vie des personnes homosexuelles, bis ou transgenres sont marquées quasi quotidiennement par des remarques, des discriminations quotidiennes. Les discriminations et les violences sont présentes déjà à l’école, au collège, au lycée mais aussi dans le milieu professionnel, dans l’environnement familial et aux vues des derniers évènements, au sein de l’Université qui pourtant est un espace de liberté permettant à chacun de s’émanciper. Quel que soit le lieu, de nombreuses personnes cachent leur orientation sexuelle ou leur trans-identité par peur d’être brimé ou pour éviter la réprobation sociale. En France, les violences et agressions physiques et verbales contre les LGBT sont souvent dissimulées par les victimes, pourtant elles sont bien réelles ! C’est pourquoi l’UNEF et la LMDE dénoncent et condamnent avec la plus grande fermeté les actes scandaleux perpétrés par « Hétérophobie stop ».

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *