Indignons nous!

Depuis plus de dix ans, les frais d’inscription explosent à l’IEP et plus largement dans tous les établissements d’enseignement supérieur. A l’IEP de Lille, les frais d’inscription étaient inférieurs à 300 euros à la fin des années 1990. Aujourd’hui, ils s’élèvent à 1 100 euros. Ils ont donc presque été multipliés par 4 ! Or, ni le passage d’un diplôme de trois à cinq ans, ni un « service rendu » de meilleure qualité ne peuvent justifier une telle hausse.

La réalité, c’est que l’on va de plus en plus chercher dans la poche des étudiants les fonds que l’Etat se refuse à donner. Les frais d’inscription représentent aujourd’hui près du tiers du budget, ce qui est énorme et surtout inquiétant. Si l’Etat ne prend pas ses responsabilités en finançant suffisamment l’IEP, ce n’est pas son développement qui sera menacé, mais son accès. Si des diplômes existent, c’est avant tout pour que des étudiants en profitent. Mettre sans cesse plus de barrières financières va à l’encontre d’une démocratisation plus que jamais nécessaire dans l’enseignement supérieur.

Et voilà que la direction décide de créer un partenariat avec l’ESJ ! Cette idée serait louable si elle n’impliquait pas un nouveau recul des droits étudiants. Ainsi, pour étudier dans ce double master, il faudra débourser 3 900 euros, même les boursiers, et 1 100 euros de plus pour les non boursiers ! De même, les frais d’ores et déjà exorbitants en FIFB risquent d’augmenter de nouveau à cause de la politique réactionnaire du gouvernement britannique !

Toutes ces augmentations risquent forcément d’influencer l’orientation de beaucoup d’étudiants. Le mythe selon lequel l’IEP ne compte que des étudiants riches qui peuvent se permettre des diplômes à 5 000 euros l’année doit être brisé.

Il existe à l’IEP une structure, la Commission Vie Étudiante (CVE), qui peut accorder des aides aux étudiants qui en ont besoin. Des étudiants siègent dans cette commission, dont des élus de l’UNEF.

Cette campagne a pour but d’informer sur l’existence de cette commission, méconnue par les étudiants (elle n’octroie jamais l’ensemble de son budget). Elle nous permet également d’aider les étudiants qui en auraient besoin à faire les démarches nécessaires, et de les appuyer en commission.

L’enjeu est important : il permet de contrer les différentes hausses en montrant que tous ne peuvent pas se permettre de payer des sommes exorbitantes. En contraignant l’IEP à rendre ce qu’il prend aux étudiants sous forme d’aides et à faire d’autres choix, nous remplissons notre rôle de défense individuelle et collective !

Ce contenu a été publié dans IEP par lille. Mettez-le en favori avec son permalien.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *